Rendements
23 Septembre 2017
03:24:25

Rendements

Nos rendements nettement supérieurs aux indices boursiers s'expliquent par notre stratégie d'investissement Lien interne mais plus encore, par la ferme volonté de tous les membres de l'équipe MEDICI d'exécuter avec discipline cette même stratégie.

Graphique rendements Dec16

Rendements MEDICI depuis 2009

De 2009 à 2010, les rendements affichés sont ceux obtenus par l'ensemble des clients Gestion de Portefeuille Stratégique MEDICI inc. (ci-appelée «MEDICI») suivant une répartition d'actifs 35% Revenus Fixes et 65% Actions. À partir de 2011, les rendements affichés sont ceux de l'ensemble des clients chez MEDICI suivant une répartition d'actifs 100% en actions. Tous les frais sont inclus dans le calcul des rendements. Le barème comparable est constitué des trois fonds négociés en bourse suivants: iShares Canadian Universe Bond Index ETF (XBB), iShares Core S&P500 Index ETF et iShares Core S&P/TSX Capped Composite Index ETF. À partir de 2011, le fonds iShares Canadian Universe Bond Index ETF (XBB) ne fait plus partie de la formule de calcul du barème comparable. Ces rendements ont été obtenus grâce à un portefeuille diversifié de 10 à 20 entreprises sélectionnées conformément à la stratégie d'investissement de MEDICI. Les rendements passés ne sont pas garants des rendements futurs. Pour plus de détails concernant le calcul de nos rendements ou notre stratégie d'investissement, veuillez consulter le www.gpsmedici.com ou nous contacter au info@gpsmedici.ca.

À titre de Fiduciaire

Au delà des chiffres, nos résultats sont la conséquence d'un ensemble de principes qui s'interpètent ainsi:

Nous mesurons la qualité de notre travail en le comparant aux fonds indiciels

Nous sommes des gestionnaires de portefeuilles actifs. C'est-à-dire que nous cherchons à obtenir des rendements supérieurs aux marchés en investissant dans les meilleures entreprises.

Vous serez d'accord que pour juger objectivement du résultat de l'examen d'un étudiant, connaitre la moyenne du groupe est un excellent indicateur. Nous comparons nos résultats à long terme avec ceux obtenus par des fonds indiciels qui répliquent les marchés. Notre objectif est de générer des rendements supérieurs à ces fonds indiciels sur une période de cinq ans ou plus.

Nous ne pouvons garantir les résultats

Il nous est impossible de garantir l'atteinte d'un taux de rendement annuel précis. Nous garantissons toutefois que nous allons prendre les moyens nécessaires pour obtenir des rendements supérieurs à ceux obtenus par les indices boursiers et ce, sur une longue période.

Notre travail s'évalue sur une période de plusieurs années

« Le temps est l'ennemi de la mauvaise entreprise et l'allié de la bonne. » dit Warren Buffett. Ce n'est qu'avec le cumul d'un certain nombre d'années que notre valeur ajoutée émerge significativement. Nous croyons que notre travail doit être jugé sur quelques années et préférablement sur un horizon de cinq années consécutives.

Nos associés investissent leur argent personnel de la même façon que celui de nos clients

Si une entreprise est bonne pour notre propre portefeuille, elle l'est également pour le portefeuille de nos clients. L'inverse est aussi vrai, c'est-à-dire que si une entreprise ne représente pas assez d'intérêt pour que nous y investissions notre propre argent, elle ne l'est pas plus pour nos clients.

Nous détestons le risque

Il subsiste régulièrement, dans les marchés boursiers, des opportunités d'investissement intéressantes qui permettent d'obtenir un rendement supérieur avec une prise de risque plus limitée.

Notre définition du risque diffère abondamment de la croyance populaire la reliant à la volatilité ou à la fluctuation d'un portefeuille. Selon l'adage, plus un portefeuille fluctue de façon importante, plus risqué il est. Cette définition du risque est erronée pour tout investisseur qui demeure investi pour plusieurs années.

Nous considérons la volatilité comme une alliée qui nous permet d'acheter des actifs à des prix temporairement déprimés. Les gestionnaires de portefeuilles de MEDICI considèrent que le risque est présent lorsqu'il subsiste une probabilité réelle de perdre de manière permanente du capital en investissant dans de mauvaises entreprises. Nous encourageons nos clients à voir le risque de cette même façon.

Nous sommes incapables de prédire les fluctuations du marché à court terme

On nous demande souvent pour quelle raison nous refusons de synchroniser les marchés. «Puisque la crise est imminente, mieux vaut tout vendre et racheter plus bas plus tard» nous indiquent ces adeptes du «market-timing».

Il y a une tonne d'informations sur lesquelles un investisseur peut se baser pour prendre ses décisions d'investissement. À la fin de la journée, il y a deux critères vitaux que nous observons dans notre processus décisionnel. Nous devons nous assurer que nos informations sont à la fois pertinentes et prévisibles. Si les informations que nous détenons sont tout à fait imprévisibles alors jamais nous n'aurons la confiance suffisante pour prendre action. «Nous ne voulons pas manquer la chance de faire quelque chose de très intelligent à cause d'une prédiction tout à fait imprévisible. C'est pourquoi nous ne lisons ou ne faisons rien en fonction de la macro-économie.» Ces paroles de Warren Buffett, qui datent de 1998, illustrent bien notre point de vue. Comme les prévisions macro-économiques nous apparaissent imprévisibles, nous n'allons pas les laisser nous empêcher d'investir lorsque nous croyons que nous sommes en possession d'une excellente idée d'investissement. Notre temps sera beaucoup mieux investi à se demander quoi acheter plutôt que de se demander sans cesse si c'est le bon moment.

Nous croyons que le meilleur moment pour acheter une entreprise formidable à prix raisonnable était hier. Mais puisque nous n'avons pas de machine à revenir dans le temps, investir aujourd'hui dans nos meilleures idées devient de facto le meilleur moment.

Malgré leur volonté, la majorité des investisseurs autonomes demeurent incapables de synchroniser les marchés. Les plus récentes études de Dalbar démontrent que les investisseurs autonomes ont sous performé les marchés de 4,3% dans les actions et de 5,5% dans les obligations sur un horizon de 20 ans (Dalbar Quantitative Analysis of Investor Behavior 2012).


Copyright 2014 © www.gpsmedici.ca