Réseau DOF
»   aCOLetCOR   

Collaboration et coresponsabilité

par Robert Laurin

Robert LaurinDans la perspective de nourrir vos réflexions sur le développement de la collaboration, ce texte de référence vous conduit vers l’un des plus beaux compléments à la collaboration, une notion souvent évoquée mais rarement explicitée : la coresponsabilité.

Un des grands bénéfices de la collaboration, c’est l’assurance que l’on n’est pas seul à porter une décision, une situation, un projet, que les personnes qui s’impliquent se sentent non seulement responsables de leur propre champ d’action, mais qu’elles se sentent également concernées, voire même interpellées, par tout ce qui risque de nous affecter. En bref, la coresponsabilité, c’est le partage de l’imputabilité morale.

Les personnes, dites coresponsables, réagiront d’emblée aux remarques insidieuses et aux fausses interprétations qui circulent; elles corrigeront parfois certaines perceptions par des apports d’information complémentaire; elles sensibiliseront aussi, constructivement, leurs collègues sur la façon dont leurs interventions sont perçues ou reçues dans le milieu. Tous les acteurs s’avèrent ainsi par association, coresponsables. Quand un collègue perd de la crédibilité, c’est l’ensemble de l’équipe qui en perd et, par conséquent, tous les autres collaborateurs qui s’y trouvent associés.

La coresponsabilité, c’est l’envers de l’indifférence. C’est le constat de l’interdépendance, un niveau largement supérieur à l’indépendance. C’est le « nous » qui s’installe à la place de la trop fréquente distinction « eux/moi ». C’est la considération de l’impact de ses propres décisions sur ses collègues et non l’atteinte héroïque de ses propres résultats au détriment d’un autre collaborateur. C’est la recherche de solutions au lieu de la recherche de coupables, quand quelque chose ne va pas.

Bien entendu, la coresponsabilité est davantage un processus qu’une résultante. On pourrait dire que c’est un voyage et non une destination. C’est la construction progressive de l’appartenance, de l’engagement et de la solidarité véritable. La coresponsabilité, c’est une démarche d’amélioration continue de la collaboration. C’est choisir de résoudre nos différends plutôt que de s’isoler, fuir ou abandonner. C’est choisir la relation plutôt que la rupture. Par exemple, quand un couple divorce, les parents coresponsables peuvent en arriver à convenir d’un certain nombre de paramètres pour l’éducation de leurs enfants; ils recherchent alors un puissant objectif commun qui transcende et rassemble. La qualité d’adhésion à cet objectif commun s’avère souvent garante de la qualité d’exercice de la coresponsabilité.

Attention cependant aux pièges liés à quelques mythes. Certains pensent qu’en coresponsabilité, tout le monde fait tout. Bien au contraire, la coresponsabilité est l’espace privilégié de la reconnaissance des expertises et limites de chacun. La coresponsabilité n’encourage ni l’amateurisme, ni la polyvalence à outrance. De même, certains confondent coresponsabilité et cogestion. Précisons que la coresponsabilité s’exerce toujours dans le respect des statuts hiérarchiques confirmés par l’organigramme, des contrats de travail existants, des pouvoirs et devoirs formellement attribués à chacun.

C’est ainsi qu’il peut y avoir développement de coresponsabilité entre deux coéquipiers, entre un gestionnaire et son équipe, entre les participants et l’animateur d’une réunion, entre un intervenant et un client, etc. Les divers collaborateurs conviennent alors de leurs responsabilités communes et de leurs responsabilités spécifiques; ils se dotent aussi de mécanismes de fonctionnement favorisant l’exercice de ces responsabilités et de résolution d’éventuels différends.

En conclusion, il est intéressant de constater que les personnes coresponsables ont pratiquement éliminé de leur vocabulaire les répliques « Ça c’est ton problème! » ou « Ça, ce n’est pas dans mon département, ça ne me concerne pas! », « Ce n’est pas ma job! » qui trop souvent évacuent, dès le départ, l’autocritique si nécessaire à la recherche de solutions novatrices et durables. Chaque employé est et doit se sentir concerné par les choix stratégiques de l’organisation.

La coresponsabilité témoigne ainsi du haut niveau de maturité intellectuelle et émotionnelle des personnes et des groupes qui s’y engagent. Mais les exigences de la coresponsabilité sont largement compensées par la légèreté du partage.

Et vous, dans quelle mesure êtes-vous coresponsable?

16175444_D13C.pngRobert Laurin
Réseau DOF

CMS - © 2013 réalisation Lamicro inc.
Réseau DOF © 2012 Tous droits réservés